Les Cham

Les Cham ont aussi autres noms: Chiem, Chien Thanh, Cham-pa ou Hoi

Groupes locaux: Cham Hroi, Cham Poong, Cha Va Ku, Cham Chau Doc

Les Cham représentent une population d’environ 161.729 habitants (chiffre en 2009). Leur langue appartient au groupe linguistique malayo-polynésien. Ils habitent tout le long de la côte du centre du Vietnam (provinces de Binh Dinh, Phu Yen, Ninh Thuan ou Binh Thuan) et  dans le Sud (provinces de An Giang, Dong Nai, Tay Ninh).

               

Les Cham vivent toujours dans les grands villages de quelques centaines d’habitants avec des maisons construites dans le même style que les Viet: les murs sont en briques,les toits couverts de tuiles, de tôles ou de chaume. Les portes des maisons sont orientées vers le Sud  ou vers l’Ouest. On voit rarement des maisons à l’étage. Chaque famille possède plusieurs maisons bâties les unes à côté des autres suivant un ordre déterminé comprenant: la maison pour  recevoir les hôtes, la maison des parents et des jeunes enfants, la maison des filles mariées, la cuisine,l a maison où se trouve le grenier de paddy, la chambre nuptiale et la demeure de la fille cadette et sa famille.

L’habit des Cham ressemble à celui des Viet, à l’exception de la tunique des femmes qui s’enfile en passant par dessus la tête. Les Cham Hroi se couvrent d’une coiffe noire et portent un pagne avec un carré d’étoffe cousu derrière.

Les Cham du Centre dépendent complètement des activités agricoles comme la culture du riz irrigué et la plantation des arbres fruitiers. Seuls les Cham Hroi pratiquent la culture sur brûlis. En revanche, les Cham du Sud vivent surtout de la pêche, du tissage et du petit commerce. La fabrication des charettes traînées par les buffles et les boeufs se fait encore chez les Cham.

La société Cham se divise en deux clans: celui de l’aréquier (classe des cultivateurs) et celui du cocotier (classe des prêtres brahmaniques et des nobles) puis se forme en familles matrilinéaires (à Ninh Thuan et Binh Thuan). Par contre, les Cham à Chau Doc sont patrilinéaires mais les vestiges matrilinéaires y sont encore visibles.

Les Cham du Sud ont adopté l’Islam et adorent Allah et le prophète Mahomed. Pour ce qui les concernent les Cham du Centre se divisent en deux groupes : Cham Kaphia, adeptes dubrahmanisme, qui adorent Siva et Cham Bani, autrefois musulmans. Ces deux groupes sont séparés de façon stricte: pas de relations matrimoniales, pas de la même habitation dans le même hameau, ni manger à la même table.

Ils font deux modes d’inhumation: L’enterrement et l’incinération. Les brahmanistes incinèrent les morts sauf des enfants de moins de 15 ans. L’enterrement dépend de l’âge, de la caste et de la religion. Ses rites sont assez compliqués et se prolongent, parfois, jusqu’à deux semaines.

Les Cham ont connu l’écriture depuis très tlongtemps. Il existe encore beaucoup de stèles, des prières en écriture Cham. Cette écriture s’est créée sur la base du sanscrit mais l’utilisation de cette écriture est encore pas très limité à la classe des prêtres et des anciens nobles. Les savoirs et les métiers sont uniquement transmis par l’oral et par imitation.

La musique traditionnelle et la culture folklorique des Cham sont fortement influencées par celles des Viet. Cependant, on observe que des proverbes, des poèmes didactiques, des romans en vers transmis oralement sont connus et répandus même dans la jeune génération. 

 

Les autres ethnies minoritaires au Vietnam :

 

En savoir plus :