Les funérailles au Vietnam

Les funérailles

Pour bien comprendre les rites des funérailles, il faut penser qu’elles sont liées au culte des ancêtres : celui ou celle qui s’en va devient “ancêtre” et est donc accompagné d’un grand respect …

Un proverbe vietnamien dit: La mort signifie le bout du chemin. C’est un passage dans un autre monde ou, plus exactement, un moment où l’on s’en va vers les neuf sources (on parle aussi des “sources d’or”). Le Vietnamien attend alors la mort avec calme et sérénité.

Les rites funéraires traduisent un conflit entre le regret d’un être cher et le désir de lui préparer un voyage comme il faut dans l’autre monde.

 

La cérémonie se déroule dans un ordre bien défini.

Aux derniers instants du mort, le plus urgent est de lui donner un nom posthume. C’est le dernier nom choisi par ses descendants, connu seulement du mort et du dieu protecteur du foyer pour éviter que des âmes errantes puissant se mêler à celle du défunt lors des cérémonies commémoratives.

Ensuite, le corps du défunt est lavé et richement habillé. On introduit dans sa bouche une pincée de riz gluant et trois sapèques. Pendant l’opération, un morceau de tissu sera mis sur le visage du défunt pour lui éviter de voir la tristesse de ses proches. Le mort est enveloppé dans un linceul et est mis en bière à une heure faste, couché dans un cercueil. Sur celui-ci, on place un bol de riz et un oeuf bouilli. Un bonze est venu assister l’agonisant. Il officie au moment du décès, au moment du convoi funèbre et quand le cercueil est mis en terre.

Les couleurs du deuil sont le blanc et le noir (les “mauvaises couleurs” dans la representation commune). Pour l’enterrement, les enfants portent les vêtements très lâches, les garçons ont en plus une coiffe en paille et s’appuient sur un bâton , les filles et les brus gardent les cheveux éparpillés et un morceau de toile sur le visage. On ne se coiffe plus et on marche pieds nus.

Le jour et l’heure des obsèques sont choisis soigneusement . Des bannières et des couronnes de fleurs accompagent le cortège funèbre. Ceux qui ont assisté aux obsèques suivent le cercuil en jetant de petits papiers dorés sur la route.

Le cerceuil est enterré dans une fosse qui a été creusée d’avance d’après les lois de la géomancie pour que le lieu soit favorable à la famille du défunt. Le cercueil y est descendu. On apporte ensuite la tablette funéraire, qui va symboliser la permanence de la présence.

Après le deuil , au moins 3 ans plus tard, on a la coutume de déterrer le cercueil, nettoyer les ossements avec de l’eau parfumée et de les transfèrer dans un petit cercueil en terre cuite. Puis on remet le nouveau cercueil dans un autre endroit choisi à l’avance suivant la géomancie.

Aujourd’hui, le deuil est toujours minutieusement réglementé mais est devenu plus simple.

C’est toujours un moment où se rassemblent parenté et voisins.

En savoir plus : 

   • La langue et l'écriture                                                            

   • La gastronomie du Vietnam

   • L'histoire du Vietnam

   • Le système de santé

 

 

Nos témoignages

Nous parlons encore beaucoup de notre beau voyage et on donne le goût aux autres d'y aller. Alors, on leur parle de toi. Nos deux semaines dans le nord, dans ton beau Vietnam profond, demeurent nos plus beaux moments du voyage.
Mme.Line Lanterre-Groupe de 2 personnes

Mme.Line Lanterre-Groupe de 2 personnes

Canada
Un peu de temps pour te répondre mais une semaine sans bosser, c'est un peu le feu au bureau.J'ai expliqué ta prestation à mon amie de « l'agence de voyage ».Elle est très intéressée.Encore merci pour ce superbe séjour et ta gentillesse...
Famille de M.Jean-Luc Abert- Groupe de 3 personnes

Famille de M.Jean-Luc Abert- Groupe de 3 personnes

Pau, France